AQUAMAN FILM FRANCAIS | STREAMING VF en GRATUITEMENT

[“Aquaman”]
Personnage légendaire depuis 70 ans, Aquaman est le Roi des Sept Mers, régnant à contrecœur sur Atlantis. Pris en étau entre les Terriens qui détruisent constamment la mer et les habitants d’Atlantis prêts à se révolter, Aquaman doit protéger la planète tout entière…
Date de sortie : 2018-12-07
Genres : Action, Fantastique, Science-Fiction, Aventure
Durée : 143 minutes
Par : DC Comics, DC Entertainment, Warner Bros. Pictures, The                                                                                                                                       Safran Company, Mad Ghost Productions, Panoramic Pictures,                                                                                                                                         Rodeo FX
                                                                                                                                   Acteurs:

 

 

 

 

Aquaman: the héros qui ne semblaient pas faire de vagues

2018 arrive sur nos grands écrans l’unique production en direct du côté de l’univers DC, après le 2017, où il sera joué par Time of Warner Time vous possédez peut-être. James Wan a mourut la tâche du compositeur avec un héritage pesant. Pour, peut-être, ce serait la nouvelle direction de Warner Bros. et de ses super héros au cinéma. Si l’on peut compter sur un certain savoir-faire du réalisateur, force est de savoir qu’Aquaman navigue entre deux eaux – haha, sur votre compte – et que votre appréciation dépend de vos attentes personnelles. Ou de leur absence pour certains.

Bien qu’Arthur Curry soit sous les traits de Jason Momoa, il a été présenté il y a plus de deux ans, Aquaman est construit comme un récit original d’origines, où il a déjà été, mais n’a pas encore le package complet pour être celui qui lit les lecteurs de bandes dessinées connues. Après une petite aventure en équipe, l’homme subaquatique vit une aventure en véritable, comme le premier opus d’une trilogie dédiée, perspectives d’univers partagé n’imposent pas les nouvelles normes. Le film se déroulerait d’une aventure automatique à la manière d’un Wonder Woman (une scène de photo en moins). On pourra apprécier cette façon de faire, de façon à ce que ce ne soient pas des accusations ou des charges croisées. Le choix se fait cependant au profit de codes de film pré-écrit, presque plus redondants.

 

D’un point de vue scénaristique, si vous avez vu l’autre bande-annonce, vous savez quoi attendre. Une exception, il ne vous sera pas difficile de vous raconter votre histoire, tant qu’elle est emprisonnée, son archétype, le récit de super-héros lambda déjà vu et encore déjà vu. Ce choix (d’une énième histoire d’origine) est connu de plus grand que le marché n’existe pas, seuls les films DC, et que la Fox, Sony ou Marvel Studios ont tous eu le même réflexe Récits initiatiques, au point de départ avec une obsession sempiternelle. Quitte à rebooter pour certains. DC Films avait l’opportunité de faire différemment, mais la stratégie semble être ici de coller à Wonder Woman, l’autre première aventure d’héroïne jamais au cinéma, en reproduisant le succès (financier).

C’est donc en s’inspirant des grandes lignes de débuts de Geoff Johns dans les New 52 (crédité au scénario) qu’Aquaman est sorti de son quotidien de petite célébrité par Mera (Amber Heard). Celle-ci cherche à empêcher le frangin Orm (Patrick Wilson), souverain d’Atlantis, de mener une guerre totale contre le monde de la surface sous l’habituel prétexte écolo ‘. Bien entendu, Arthur ne peut rien sans un artefact sacré – un Trident, en réalité – pour mener à bien cette mission, et à partir de sa recherche pour après tout ce qui est “dont ne parle pas la légende”.

 

 

Peut-être parce qu’Aquaman souffre encore d’une mauvaise réputation, reliée à l’héritage de dessins animés ringards comme Super Friends ou la culture métamorphosée par Big Bang Theory ou Robot Chicken, Warner Bros. . L’histoire est en pilote automatique du début en fin, ne s’embarrasse pas un certain nombre de détails ou de soucis de cohérence, et présente un ensemble de retournements de situations soit attendus (pensez “explosion” “), ou baignant de facilités. Tout arrive par obligation de faire avancer le scénario – au point de ne plus s’en cacher. Mais, si vous aimez cette méthode de narration – à savoir qu’on raconte une histoire que vous connaissez déjà, peut-être aurez-vous tout à fait la même chose sur vos images.

Le problème, c’est au-delà du déjà-vu, l’écriture des personnages est aussi archétypale, quand elle n’est pas ridicule. Entre citations faussement profondes (“la mer c’est comme la vie, ça rapproche les gens”, festival!), Un humour qui tombe à plat chaque fois, une caractérisation franchement embarrassante d’Arthur Curry – les autres personnages ne réussissent pas s’affranchir de leurs rôles prédéfinis, il y a de quoi faire violence. Il s’agit aussi de donner des chiffres qu’on reconnaît immédiatement: héros sympa mais bête – ou beauf, disons le.

 

 

Accompagné d’une femme forte et plus intelligent que lui, bien entendu, mais qui succombera tout à fait à ses biscuits suintant de virilité héroïque, malgré tous ces tirades sur envie et envie “faire moderne” – on est chez Warner Bros., restez bien. Le méchant très méchant a super plan qui a tout prévu, les personnages secondaires fonction font les trucs de personnages secondaires fonction. Se pose alors la question: mais qu’est-ce qui fait d’Aquaman qu’on aurait envie de voir au cinéma?

La réponse dans deux éléments: d’abord, le film n’a pas peur de ses origines BD et de ce qu’il est Adapté du run de Geoff mais aussi quelque chose de plus, pour retrouver un ensemble de données en papier et qui sont fidèles au matériel de base. L’origin story est respectée, celle des vilains aussi, et les pouvoirs sont spectaculaires à tous les niveaux. On se moquait d’Aquaman parce qu’il parle aux poissons? On n’en rigolera plus à présent. La faune aquatique est très utilisée pour servir de destriers: requins, hippocampes, crabes géants, il y a tout à fait un bestiaire à découvrir pour le plaisir des yeux.

 

 

Quelques livres dans la démonstration de son pouvoir, contrôler l’eau. L’univers sous-marin a été créé par les équipes de Wan is Parfois Super, il est envoyé à un collègue de travail avec de vraies bonnes idées. À chacun son architecture particulière, à son époque aux mythes antiques et à une forme de science-fiction lumineuse façon Tron. Aquaman aime son concept de monde sous les eaux et ses idées environnementales, et prend un certain plaisir à le montrer. Tout ce qui est passé à la perfection (mais certains effets sont rallongés), mais il est impossible de revenir à la page précédente.

Le problème, c’est-à-dire Aquaman cool, Aquaman finit par couler (haha). Un certain forcing vers l’humour déplacé ou le calage des moments d’esbroufe s’instruisent et ne quitte plus le métrage. Puisqu’il s’agisse des répliques, des effets de réalisation ou de l’habillage sonore, Jason Momoa se tourne vers la caméra, comment c’est styly), tout n’est qu’exagération. Difficile à savoir si vous prenez ce genre de technique au sérieux, ou s’il s’agit d’un humour ridicule à la Sam Raimi idée est juste d’essayer de faire dans l’épique ou le stylisé, maladie ou vulgairement.

 

 

La réalisation de James Wan est pourtant un réel atout. D’une part, parce que nous avons énormément à rendre crédible toute la partie maritime, et c’est réussi de ce côté là. This is it is it it it naturellement and naturellement D’autre part, le réalisateur fait de réels efforts de mise en scène, va vers l’objectif de donner un “bon divertissement” plus qu’un véritable personnel de film, dans son style maison. On aura pu voir en trailer un plan séquence, qui n’est que le premier d’une longue série. Les voyages, les prises de vue sont variées, et s’adaptent au contexte de la bataille, avec une caméra qui virevolte pour les combats sous-marins, comme si elle était ballottée par les courants passés par les coups et les explosions. La diversité des lieux et des scènes lui permet de s’amuser dans les registres, que ce soit dans le film d’aventure ou dans l’Indiana Jones, ou dans la fantaisie, voire l’horreur. The Trench compte parmi les plus beaux moments du film.

Ce sont des projets très réussis, que nous souhaitons également voir à la lumière des ambitions du studio, et que nous ne réussissons pas à enregistrer à la cadence de toute la durée du montage. Celui-ci propose également quelques plans affreux, où les images de synthèse sont accusées de retarder ou de payer le prix d’un manque d’argent ou de moyens – Pitbull aura probablement englouti tout le budget. Du côté musical, d’ailleurs, est certainement sur l’un des pires défauts du film avec l’écriture. Complètement banale et oublié, la bande son devient agaçante dans son omniprésence, son enchaînement de style sans logique ou cohérence, sans aucun lien, sans identité. Avec un formidable passage de gêne lorsque retentissent les fameuses mesures de reprise de l’Afrique – Toto aura sans doute reçu un très gros chèque, mais il est encore temps d’attaquer en dommages et intérêts par sécurité.

 

 

Fallait-il avoir des attentes pour Aquaman? Au-dessus du film, il y a un blockbuster assez banal, qui mérite d’être mérité, un réalisateur qui fait des efforts, et un environnement visuel qui mérite qu’on s’y intéresse sur grand écran. Le personnage part de loin, the DC modern also available with this film on the shift of all over the warner to the product of order plutôt que le film d’auteur qu’ils se sont rendus dans le registre des adaptations il était un temps. Même si vous préférez ne pas avoir à revenir à une politique à la Nolan, ni même à la Snyder: here, the studio a la main.

En somme, vous ne pouvez pas demander à servir de velouté de langouste (d’ailleurs sur ne le ferait pas, vu que c’est dégueulasse), Aquaman est un burger. Bacon, algérienne et oignons, relativement gras mais pas mémorable non plus. Après la nullité inconséquente de Justice League, cette nouvelle production DC Films se laisse regarder. Un progrès, mais toujours le film qui a été mis en scène par les détracteurs du studio et des fans, voire ceux qui voudraient une nouvelle plaque visuelle qui aurait été commandée par Marvel et ses formules, toutes les lassantes.

 

 

Parce qu’on a beau faire du spectacle ou s’en tenir à une promesse de “divertissement”, alors on est fidèle aux comics, il ne faut pas oublier de faire des efforts, il faut prendre des risques, ou de ne pas écrire ses personnages en pilote automatique. Aquaman échoué, comme une baleine, sur ces tableaux. Avec les passages franchement, un héros dont la caractérisation (héritée des films précédents) aurait vraiment dû être une revue, des personnages écrits sans aucune envie. On the demand to super-héros of redéfinir l’histoire du cinéma, mais un peu de substance derrière les paillettes ne serait pas trop.

Aquaman n’est pas un mauvais film, mais il n’est pas bon pour autant. Au-dessus de la moyenne malgré tout, parce que James Wan et ses équipes n’ont pas peur d’embrasser les bandes dessinées du personnage et de son univers, avec un effort appuyé sur la réalité et quelques très jolies images, le film Découvrez une intrigue en pilote automatique, une déroulée sans surprise, une écriture de personnages abyssaux, et une bande-son horripilante. En somme, Warner assume désormais d’être rentré dans les rangs du film de super-héros de base, mais plus du mérite de son univers aquatique, à priori l’argument de vente. Si vous aimez le grand spectacle sans être trop regardant sur tous les effets spéciaux, voilà de quoi passer le temps. Attention tout de même, 2h23, c’est plutôt long.

 

Aquaman Film, Aquaman Film Complet, Aquaman Film Streaming, Aquaman Streaming Vf.

Regarder film complet Aquaman en streaming vf et fullstream vk, Aquaman VK streaming, Aquaman film gratuit, en très Bonne Qualité vidéo [720p], son de meilleur qualité également, voir tout les derniers filmze sur cette plateforme en full HD.

Author:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *